Klaus Merz reçoit le Grand Prix suisse de littérature 2024

Image
Portrait de Klaus Merz
© Yvonne Böhler

L’Office fédéral de la culture (OFC) rend hommage à l’œuvre de l’écrivain argovien Klaus Merz en décernant à celui-ci la plus haute distinction littéraire du pays: le Grand Prix suisse de littérature. Parmi les nombreuses œuvres de lauteur, on compte notamment deux livres publiés chez un éditeur romand, les éditions d’en bas: LArgentin, traduit de lallemand par Charlotte Gloor (2013) et Hart am Wind/Tout près du vent, traduit de lallemand par Marion Graf (2018).

Né en 1945, Klaus Merz a grandi à Menziken, en Argovie. D’abord enseignant dans le secondaire, il a ensuite été chargé de cours en langue et culture à la Schweizerische Bauschule d’Aarau. Depuis de nombreuses années, il est auteur indépendant et vit à Unterkulm (AG).

Introspection et densité du langage sont deux caractéristiques de l’œuvre de Klaus Merz. L’auteur argovien est une voix qui n’a rien de tonitruant, mais qui est d’autant plus persuasive et marquante, et qui se fait entendre bien au-delà des frontières suisses. Depuis son premier recueil de poèmes, Mit gesammelter Blindheit (1967), il a composé en plus de cinquante ans une œuvre aux multiples facettes: poésie, prose (récits, nouvelles, romans brefs et essais), pièces de théâtre, pièces radiophoniques et livres pour enfants qui ont été publiés dans une édition dœuvres en sept volumes. Cette œuvre continue de sétendre et Klaus Merz sintéresse par exemple à la vie intérieure dune entreprise du Plateau suisse (firma, 2019) ou aux traces de la mémoire (Noch Licht im Haus, 2023). Ses archives sont déposées aux Archives littéraires suisses.

Source:
Communiqué de presse de l’Office fédéral de la Culture