Trois questions à Natacha Bayard

Du 18 au 22 mai 2022 et pour la troisième année consécutive, le Salon du livre de Genève organise sa manifestation en Ville. S’adaptant au contexte sanitaire et répondant aux attentes d’une partie de la profession, quels sont les points forts de cette nouvelle formule ?

Le format « salon du livre en ville » est né en 2019 où quelques rencontres avaient été organisées au cœur de Genève en marge du salon à Palexpo. Durant la pandémie, cette formule plus agile a permis au salon d’exister alors qu’accueillir du public dans un lieu unique était compliqué sinon impossible. Au-delà de ces avantages pratiques, cette formule permet de proposer des atmosphères variées, quelques fois intimes ou surprenantes, très appréciées des auteurs mais aussi du public. Librairies, institutions culturelles, lieux emblématiques de Genève… un des points forts de cette formule est indéniablement la richesse des collaborations et des propositions.

 

Quelles surprises nous attendent pour cette troisième édition ? Un petit avant-goût du programme ?

Entouré d’artistes et d’écrivains de son choix, Laurent Gaudé sera l’invité d’honneur de cette prochaine édition. Il interviendra à différentes occasions et sur son impulsion la lecture à voix haute sera mise en lumière. Comédiennes et comédiens ainsi que musiciennes et musiciens se joindront aux autrices et auteurs pour faire résonner les mots dans la cité de Calvin. Jeunesse, BD, littératures francophones… la programmation sera éclectique et variée et proposera rencontres et formats originaux autour de l’actualité éditoriale 2022. Eric Vuillard, Constance Debré, Maeva Christelle Dubois, Agnès Martin Lugand, Quentin Mouron, Aude Seigne, Raphaël Enthoven, Anny Duperey et bien d’autres ont déjà confirmé leur participation.

 

Après trois éditions en Ville et sur la Toile, comment envisagez-vous le redéploiement du Salon et reviendra-t-il à Palexpo ?

Nous sommes conscients que la pandémie a changé les choses. Nous observons les événements qui nous entourent et analysons les attentes de nos exposants et partenaires. La réflexion est donc en cours : accueillir les éditeurs suisses et francophones et leur proposer une formule qui correspond à leurs attentes fait partie de nos priorités. Auteurs, petits éditeurs indépendants ou grands groupes, éditeurs suisses, français, africains, belges, québécois, libraires, les attentes diffèrent mais tous contribuent à la richesse du salon. Le défi sera d’y répondre le plus largement possible !